Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - Résurrection

La liberté de Dieu - Luc 4, 24-30

Voici un bel évangile sur la liberté de Jésus et de Dieu. Permettez-moi de vous partager trois petites méditations.

Lire la suite


Lui saisissant la main, Jésus le releva - Marc 9, 14-29

C'est l'histoire d'un père, confronté à la souffrance de son enfant. Un père désemparé, déchiré de voir la chair de sa chair déshumanisée de la sorte. Cet enfant est cloué au sol, muet et sourd, coupé du monde. Et cet "esprit mauvais" qui l'habite veut sa mort et sa destruction.

Lire la suite


Que ton Règne Vienne !

Cette homélie a été écrite pour la fête anniversaire de la mort du Père Emmanuel d'Alzon, fondateur des Augustins de l'Assomptions et des Oblates de l'Assomption.

Lire la suite


La foi chrétienne : programme politique ou superstition ?

Je me suis toujours méfié des attitudes grégaires, des comportements de masse. Peut-être par peur du bourrage de crâne, peut-être parce que je tiens (trop ?) à l'expression de ma liberté, Peut-être parce que j'ai un sérieux a priori de superstition ou d'idolâtrie lorsque les choses deviennent trop "évidentes". Par conséquent, poser un regard positif sur la dévotion populaire, ou les prises de position identitaires, Ou bien les revendications sociales hyper-politisées de certaines structures chrétiennes, est quelque chose de difficile pour moi. D'autant plus difficile, qu'en certains lieux, surtout en France, j'ai pu observer des comportements de foi "déséquilibrés" : Soit la foi est transformée en outil de lutte sociale et devient presque un programme d'action politique ; Soit elle est le lieu d'élans mystico-gazeux, désincarnés et peu ancrés dans la vie et la réalité. Dans les deux cas, ces excès sont souvent le signe d'un repli sur soi, d'un besoin de se sentir exister, et de se sentir exister en opposition. Dans les deux cas, des signes hyper-ostentatoires d'appartenance sont posés, revendicatifs d'un identitarisme. Dans les deux cas, le monde et la société sont diabolisés et méprisés, soit parce qu'ils ne respectent pas l'homme, soit parce qu'ils ne respectent pas Dieu.

Lire la suite