• J'ai mal à ma France quand médias et politiques agitent des épouvantails pour masquer les vrais problèmes et ne pas avouer leur impuissance face au dieu finance...
  • J'ai mal à ma France quand nos politiques se comportent comme des princes de l'ancien régime, prétentieux, hautains, je-m'en-foutistes, privilégiés cyniques et dédaigneux...
  • J'ai mal à ma France quand j'entends encore des gens dire que l'homosexualité est une maladie, un vice, une perversion ou un péché, faisant abstraction de toutes les recherches en sciences humaines sur la question, et colportant ainsi une idéologie moyen-âgeuse...
  • J'ai mal à ma France quand d'autres voient les homosexuels comme les autoroutes : on n'a rien contre, on en veut bien, mais pas chez soi... C'est peut être encore plus méprisant que l'ignorance des premiers...
  • J'ai mal à ma France quand certains, au nom de leur idéologie ou de leur foi, descendent dans la rue en masse et créent de l'agitation qui divise plutôt que de l'action qui rassemble...
  • J'ai mal à ma France quand ces mêmes qui s'agitent, se mobilisent en masse bruyante ou silencieuse pour défendre un déni de réalité sur la diversité des familles, mais n'ont pas la même fougue protestataire pour défendre les sans-papiers et les pauvres, protester contre les lois dictatoriales de la finance libérale, ce qui au final fissurerait leur petit confort bourgeois...
  • J'ai mal à ma France quand ces mêmes agitateurs réclament - légitimement - un dialogue démocratique dont ils ont été privés, mais qui, une fois les lois votées appellent les élus de la république à boycotter l'application de la loi. Démocrates à deux vitesses, ils se conforment seulement aux lois avec lesquelles ils sont d'accord...
  • J'ai mal à ma France quand ces mêmes - encore eux - rappellent que les lois de la république sont les mêmes pour tous et que, non, on ne fera pas d'exception pour le voile de Samira dans notre école laïque... Remarquer la contradiction...
  • We Are Sorry J'ai mal à ma France quand elle se laisse manipuler par les partis politiques extrêmes qu'ils soient fascistes, xénophobes et anti-démocrates, ou totalitaires et anti-capitalistes...
  • J'ai mal à ma France quand ses citoyens ont la mémoire si courte qu'ils sont incapable de voir et de comprendre que les effets d'une ligne politique se font sentir à distance des décisions qui ont été prises, et qu'il ne sert à rien d'accabler le gouvernement en place pour les conneries du gouvernement précédent, même s'il ne fait rien pour rectifier le tir...
  • J'ai mal à ma France quand ses citoyens connaissent si peu leur histoire qu'ils ne sont plus capable de voir que l'extrême droite est l'héritière du fascisme et du nazisme et qu'en 1933, Hitler est arrivé au pouvoir... par les urnes, avec les conséquences que nous devrions connaître... Toute ressemblance avec la situation actuelle...
  • J'ai mal à ma France quand ses politiques n'ont plus le courage de prendre des décisions et de voter des lois sur d'autres critères que le profit financier. Il fût une époque où ils étaient capable d'améliorer la vie de leurs citoyens, tout en sachant que ce vrai travail social impliquait un prix à payer...
  • J'ai mal à ma France quand les médias font des amalgames constants en mettant tous les œufs dans le même panier, ou en faisant des herméneutiques douteuses de petites phrases sorties de leur contexte, surtout quand il s'agit de questions religieuses...
  • J'ai mal à ma France, enfin, quand certains, au nom de leur foi ou de leurs convictions religieuses passent leur temps à stigmatiser et diaboliser la société plutôt que l'aimer telle qu'elle est, sans nostalgie d'un monde révolu...

Et moi qui suis disciple du Christ, j'ai mal à mon Eglise, et j'ai honte aussi, lorsqu'au nom de notre foi, nous nous laissons prendre sans aucun discernement à ce jeu de dupes...