Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La véritable humilité

Il y a une humilité qui ne consiste pas du tout à dire à Dieu : « je suis un pauvre type, mais vous aurez pitié de moi ; parce que je suis un mendiant, je ne demande pas grand-chose, juste un petit strapontin ! » [...]

Il y a une autre humilité infiniment plus réelle, et la seule vraie, finalement, qui est de ne plus se regarder… C’est de s’émerveiller tellement de la beauté de Dieu, de la bonté de Dieu, qu’on ne puisse plus penser à soi. Et la seule manière de se guérir de cette vanité bête à laquelle nous cédons tout aussi facilement : c’est justement d’apprendre à s’émerveiller. Plutôt que de me dire que je suis « un pauvre type » [...]

Il me semble que la plus belle manière d’échapper à ce sentiment de mendicité et de retrouver notre dignité, c’est d’entrer dans la musique, c’est d’entrer dans la connaissance, de cultiver ardemment une science, c’est d’aimer la nature, c’est de gravir une montagne, c’est d’aller chercher le lever du soleil, c’est de s’enthousiasmer pour la paix d’une nuit étoilée, c’est d’assister aux rires et aux ébats d’un petit enfant, c’est de s’émerveiller de son premier sourire, c’est de chercher partout à susciter cette éclosion de la beauté, de la grandeur, et de la dignité. [...]

Alors on n’a plus besoin de s’aplatir, on ne pense plus à soi, on se perd dans la beauté que l’on rencontre, on s’oublie dans la musique, on s’émerveille de ce sourire d’un petit enfant et, dans la joie d’admirer, on communique toujours plus profondément à la présence divine qui se révèle sous tous ces visages innombrables, sous tous ses aspects de la nature, de l’art, de la science et de l’humanité. [...]

Il faut avoir chacun une passion, une passion noble et grande, et à travers cette passion - que ce soit la musique, que ce soit la littérature, que ce soit la peinture, le dessin, que ce soit la montagne ou la botanique - peu importe, il faut que chacun de nous ait une passion qui soutienne son élan et qui chaque jour lui permette de faire un nouveau départ. Alors il comprendra que on ne peut pas entrer au paradis, il faut le devenir ! [...]

C'est de la même manière que nous allons vers Dieu. Nous ne pouvons le connaître que dans la mesure où nous faisons en nous ce vide sacré qui lui permet de grandir en nous en même temps que nous grandissons en lui.[1]

Note

[1] Maurice Zundel

Saisir un commentaire (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Et dans votre vie, que désirez-vous vraiment ?

Qu'obtient-il en retour pour ce qu'il fait tous les jours ? Il ne reçoit rien. Il ne sera pas plus riche. Il ne passera pas à la télé. Toujours anonyme, et jamais célèbre. Ce qu'il reçoit, ce sont des...

Lire la suite

Appelés à servir

Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres...

Lire la suite