Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les franges de la grâce - Marc 6, 53-56

C'est la première fois que nous nous retrouvons après le Tết, et il se trouve qu'aujourd'hui est aussi l'anniversaire de mon arrivée au Vietnam. Un an déjà ! Les anniversaires, comme les changements d'année sont l'occasion de relire, de mesurer le chemin parcouru, de faire mémoire, rendre grâce et se projeter. Et à la lumière de l'évangile de ce jour, je vous propose deux réflexions.

Effleurer le Christ

FrangeJésus fait escale dans la vie des hommes et des femmes de Génésareth. La nouvelle se répand qu'il est là. Aussitôt, tout le monde accourt, on emmène les malades pour qu'il les guérisse. On les met sur son passage pour qu'ils puissent toucher la frange de son manteau. Et tout ceux qui la touchaient étaient guéris.

Si nous faisions cela de nos jours, nos civilisations bien cérébrales crieraient à la superstition, au charlatanisme. Il est vrai que toute piété à besoin d'être évangélisée, toujours : de la forme de piété populaire la plus simple à nos actes de foi les plus élaborés, dès que nous nous tournons vers Dieu, nous devons accepter un lâcher-prise qui permet à l'Esprit de souffler dans nos vies. Même notre manière de célébrer l'eucharistie a besoin d'être évangélisée...

Mais une chose est sûre : une espérance brûlante habite le cœur de ces gens, et au nom de Jésus, ils se lèvent, et ils emmènent avec eux tous ceux qui leur sont chers et qui ont besoin de recevoir une grâce de guérison ou de salut. Et certains ne font qu'effleurer la frange de son manteau, et ils sont guéris.

Nous qui avons la chance de faire des études de théologie, de pouvoir faire de grandes réflexions sur Dieu, d'avoir une éducation à la diversité de la Tradition de prière de l'Eglise, cet évangile nous rappelle que même la plus petite foi, la plus bancale, la plus imparfaite, la plus critiquable intellectuellement, cette petite foi qui ne fait "qu'effleurer la frange du manteau du Christ", elle est suffisante au passage de la grâce qui sauve les cœurs et les corps.

Alors restons humbles, la foi ne se mesure pas à nos années d'études religieuses, ou à notre état de vie, et demandons toujours la grâce de croire plus, d'espérer plus !

Il n'y a pas de désir perdu

Une année se termine, une autre commence, et c'est l'occasion de relire ce qui a été vécu. Quelles grâces nous ont été faites dans l'année qui s'est écoulée ? Pouvons-nous en nommer une, deux, plusieurs ? Prenons le temps te savourer ces cadeaux de Dieu pour notre vie, de le remercier et de lui demander de savoir ne pas "confisquer la grâce", mais que nous sachions nous laisser envoyer aux autres et partager ce que nous avons reçu.

Enfin, peut-être sommes-nous pauvres en espérance et n'osons-nous pas demander simplement. Savons-nous prier Dieu de nous accorder sa grâce ? Savons-nous espérer même les choses les plus folles ? Il y a parfois des rêves et des désirs profonds qui nous semblent inaccessibles, irréalisables. Et pourtant, j'ai la certitude, la certitude de l'expérience, qu'il n'y a jamais de désir perdu, ni orphelin. Apprenons à creuser ces désirs profonds, à nous rendre disponibles à la grâce, à espérer avec confiance.

Bonne année du Dragon !

Saisir un commentaire (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

L'humilité de Dieu - Sự khiêm nhường của Thiên Chúa

Hier soir, je regardais la crèche et je me demandais : qui est ce Dieu qui, pour aimer, accepte de dépendre de l'homme ?...

Lire la suite

L’Évangile de l'abandon

Ce matin, j'ai relu l'intégralité de l’Évangile de Saint Marc pour mieux re-situer la Passion, au début de cette Semaine Sainte. Voici mes quelques réflexions....

Lire la suite