Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Être l'acteur principal du film de sa vie !

A l'aube de cette nouvelle année, je souhaiterais relire et partager quelques enseignements que je retire de 2010.

Avant, évidemment, de formuler quelques souhaits pour chacune et chacun d'entre vous !

Il y a un temps pour chaque chose

SablierCette année a été assurément l'année des grands changements pour moi.
Changements qui se sont faits de manière un peu brutale et violente dans la plupart des cas.

En effet, du jour au lendemain, vous pouvez perdre votre travail, votre santé, votre autonomie physique...
Votre solidité psychologique peut s'effondrer, vos relations amoureuses, familiales, amicales se disloquer...
Faire l'expérience de l'isolement, de la tristesse, du deuil, de la désespérance, de la souffrance physique et mentale...

Rien ne dure sous le soleil, et nous nous habituons parfois trop à l'ordinaire qui fait l'extraordinaire de nos vies.
Tout cela nous semble tellement normal que le jour où nous en sommes privés, souffrance et nostalgie s'emparent de nous.

Mais en ce qui me concerne, faire l'expérience de l'indigence a été positif.
J'ai pu ainsi me recentrer sur l'essentiel de ma vie, en reconnaître la richesse,
Et identifier tout ce qui est en devenir et en croissance aussi.

Au final, regarder le verre à moitié plein n'est pas si difficile, Il suffit de le vouloir et de changer de regard !

On ne peut compter que sur soi !

Le premier aspect de cette maxime porte sur la résilience, la capacité qu'a chaque personne à surmonter les difficultés,
A les intégrer dans un processus de guérison et de croissance, à tel point que certaines blessures peuvent devenir le terreau d'une fécondité.

Pour surmonter les difficultés de la vie, il faut le vouloir.
Il y a bien sûr les solidarités humaines qui jouent, et le délicat équilibre de l'interdépendance à trouver,
C'est à dire, ne pas tomber dans la dépendance, qui aliène et infantilise, ou l'indépendance, qui enferme sur soi et isole.

RésilienceMais si votre voiture est en panne et que vos amis vous aident et la poussent,
Si vous n'êtes pas derrière le volant pour mettre le contact, elle ne redémarrera jamais !

Le deuxième aspect porte sur le fait que rien ne nous est dû dans la vie !
Et il vaut mieux vivre et s'organiser comme si tout dépendait de soi.

La présence des autres, famille, amis, n'est qu'un cadeau de la vie qu'il convient de remettre à sa juste place.
Les autres ne sont obligés de rien à notre égard. S'ils sont là, c'est par amour et amitié, et il ne faut jamais l'oublier !

Ne jamais oublier d'être reconnaissant et de reconnaître leur présence dans la vie comme un énorme cadeau et une énorme chance !
Mais il faudra cependant être vigilant à être capable de s'entourer et de demander de l'aide, pour ne pas tomber dans l'orgueil et la suffisance.

Parfois, les hommes surtout, tombent dans ce piège, pour faire les grands garçons et se donner l'impression d'être adultes.
Or, savoir s'entourer, ce n'est pas une humiliation, c'est de l'humilité.
Et il n'y a pas de maturité sans humilité !

You make me a better person !

Une de mes leçons de cette année est qu'il vaut mieux avoir peu de relations, mais de très bons amis, qu'une foule de relations diverses.
Ainsi, je pense que par hygiène relationnelle, il faut parfois savoir mettre un terme à des relations "toxiques" ou "déséquilibrées.
Il est bon, dans les amitiés importantes, de savoir faire grandir la relation, et être dans l'écoute mutuelle des postures ce qui doit être abandonné pour plus de respect.
Que dire de relations où il n'y a pas de réciprocité, de confiance, de joie, de paix, d'écoute mutuelle, où tout est interprété, où on ne vient pas vers vous dès que vous cessez d'aller vers l'autre ?

Bref, cette année, j'ai appris à laisser s'étioler les relations où les personnes qui étaient en face de moi ne semblaient pas avoir envie de s'investir, et je m'en porte bien mieux.
De la même manière, j'ai aussi appris à dire à mes amis : "quand tu fais ça, ou bien que tu dis ça, je ne me sens pas respecté." Au final, ça provoque un dialogue et ça renforce le lien.

Le non-dit tue, la parole sauve !

You Make Me a Better PersonMais de la même manière, il faut apprendre à prendre soin des relations porteuses de fécondité,
Celles où l'on pourrait dire à l'autre : "you make me a better person", où à chaque rencontre, on a le sentiment d'exister un peu plus !

Cela n'est pas synonyme de relations sans vagues, sans confrontations !
Au contraire, les amis qui m'ont fait le plus grandir cette année sont ceux avec qui il y a eu des frictions !
Mais quand on a le soucis de l'autre, qu'on ne l'enferme pas dans ce qui nous agace, qu'on est confiant et bienveillant,
Et que les deux acceptent de se remettre en question, alors, il ne peut surgir qu'un dialogue où les personnes grandiront et où l'amitié grandira.

Au final, je pense qu'il vaut mieux concentrer ses énergies à cultiver les relations qui nous grandissent,
Plutôt qu'à se battre pour rafistoler des relations bancales.

On n'a qu'une vie !

Beaucoup de choses me sont arrivées cette année, mais certains de mes amis n'ont pas été épargnés non plus dans leurs vies professionnelles ou personnelles...
J'ai essayé de les soutenir du mieux que j'ai pu, souvent du fond de mon lit de convalescence, par un sms ou un mail...
Et une chose me saute au visage en cette fin d'année, en tout cas, en ce qui concerne l'ensemble des choses qui dépendent de soi.

Ces dernières années, j'ai été attentiste !
En tout cas, en ce qui concerne ma vie professionnelle et ses impacts plus globaux...
Et forcément, j'étais pas très heureux, ni content !

Pas content du boulot, de mon salaire, de mes responsabilités,
Pas content des modalités et de l'organisation, parfois sévère envers mes collègues...
Pas content du peu de temps libre que j'avais pour faire de la musique,
Mais aussi pas content du peu de temps libre qui restait une fois que j'avais rempli l'emploi du temps de musique...

Je sentais ma vie glisser lentement vers une sorte de "pépèrisation" trentenaire aiguë,
Celle où on s'achète une voiture, une maison, un chien ou une autre bébête,
Où il faut planifier tout trois mois à l'avance tellement l'emploi du temps est bourré de contraintes.[1]

Alors je me disais, c'est une période comme ça, ça va passer !
Sauf que si on ne fait rien, il ne se passe rien, ça empire même !
En on finit par s’encroûter, à être vieux dans sa tête avant l'âge...

Bref, si on veut quelque chose, il faut se sortir les doigts du c.. et en prendre les moyens !
En ce qui me concerne, c'est plutôt la vie qui m'a donné un grand coup de pied à l'endroit sus-nommé !
Et je l'en remercie ! Elle m'a provoquée à revendiquer le rôle principal du film de ma vie !

Mes vœux pour 2011

On n'a qu'une vie !Je vous souhaite :

  • De savoir prendre le temps de rentrer en vous-même et de discerner le désir profond de votre cœur ! C'est le seul chemin vers la paix et la joie !
  • De ne pas être attentiste et de prendre les moyens de vivre ce que votre cœur désire ! Souvent nos rêves sont plus accessibles qu'il ne parait !
  • D'être généreux avec la vie, car elle n'est généreuse avec nous qu'à la mesure de ce que nous donnons de nous-mêmes !
  • La bénédiction d'avoir de vrais amis, de ne pas vous y habituer, de toujours vous en émerveiller, et de savoir leur exprimer votre gratitude !
  • D'être fidèles, confiants, tendres dans vos relations familiales et amicales, car la fécondité, sous toutes ses formes, est à ce prix !
  • Et pour les musiciens, une année de créativité, de beauté, de rencontres !

Et comme on dit en vietnamien : Chúc Mừng Nǎm Mới !

Notes

[1] Désolé pour ceux qui se reconnaîtraient... On peut vivre comme ça et ne pas s'encroûter. ;) Je ne porte aucun jugement sur ce mode de vie, c'est juste que ça ne m'a jamais vraiment convenu... Mais je parle surtout des gens qui sont vieux dans leur tête à 25 ou 30 ans, ce que vous n'êtes pas, fidèles lecteurs ! :P

Saisir un commentaire (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

L'humilité de Dieu - Sự khiêm nhường của Thiên Chúa

Hier soir, je regardais la crèche et je me demandais : qui est ce Dieu qui, pour aimer, accepte de dépendre de l'homme ?...

Lire la suite

L’Évangile de l'abandon

Ce matin, j'ai relu l'intégralité de l’Évangile de Saint Marc pour mieux re-situer la Passion, au début de cette Semaine Sainte. Voici mes quelques réflexions....

Lire la suite