Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Interminable adolescence !

AdulescentAlors que je suis entrain de travailler sur la mise en place de mon blog photos avant le départ au Vietnam[1],
Je fais aussi la liste des articles en souffrance, puisque, cher lecteur, oui, je tiens une liste des thèmes à aborder !

Un qui revient souvent dans mes réflexions, et qui transparait de manière sous-jacente dans mes récents articles,
C'est le long et difficile chemin que nous avons tous à parcourir pour devenir adulte, et je parle évidemment ici de maturité humaine, pas de majorité.

Certaines postures, vitales pendant la phase adolescente, s'avèrent être plutôt toxiques pour la vie d'un adulte, car elles ne servent qu'à prendre son envol...
Force est de constater, cependant, que ces vestiges d'adolescence peuvent perdurer. J'ai donc décidé d'en lister quelques uns !

Notes

[1] Ceci est un teasing gratuit offert par la maison

Au préalable

Ce détour me semble nécessaire avant de poursuivre. Mon propos n'est pas :
De stigmatiser les adolescents,
Ni de fustiger les comportements liés à la jeunesse,
Ni d'avoir un discours réac du style "quand j'étais jeune, on ne faisait pas ça".

Non, l'adolescence est une période de la vie extrêmement riche, pleine d'énergie, de vivacité, de curiosité, d'idéal...
Certes ambivalente pour celui ou celle qui la vit, tant elle est faite d'élans de croissance mais aussi d'inconfort.
Je crois que c'est pour cela aussi que j'ai toujours apprécié cet âge-là en tant qu'animateur de camps/éducateur :
C'est un âge où l'on a besoin que les autres croient en nous et nous soutiennent, mais surtout ne le montrent pas trop ! ;-)

C'est une période de la vie très radicale, faite de ruptures franches avec l'enfant qui était encore là peu de temps auparavant.
Ces ruptures, ces attitudes tranchées et parfois incompréhensibles, y compris pour l'ado lui-même, sont nécessaires pour déployer ses ailes.

Mais une fois que l'envol est pris, ces attitudes pourraient très bien nous alourdir et nous précipiter au sol.
Comme tout le monde, j'ai été ado (hé oui, j'avais même des cheveux ...)
Comme tout le monde, je continue à avoir des "attitudes-vestiges",
Comme tout le monde, j'en repère aussi chez les autres...

Elles n'apportent pas plus de vie, une fois adulte, c'est certain...
Je trouve donc que ça vaut le coup de les lister et de porter dessus un regard malicieux !

Petite liste (non exhaustive) des vestiges de nos jeunes années

Tout ou rien !

Comme je le disais, l'adolescence est une période radicale, où l'on ne fait pas de compromis.
Peut-être par poursuite d'un idéal, ou bien par peur de perdre son identité.

Quoi qu'il en soit, pas de vie adulte sans composer avec les autres, avec les contraintes qui s'imposent à nous aussi !
L'enjeu sera d'apprendre à rester soi-même et à continuer à réaliser ses rêves d'une autre manière, moins idéaliste et plus réaliste !

Autonomie ou indépendance ?

Quand on est ado, on veut affirmer son identité, prendre des responsabilités, exister pour soi-même !
Poussés à l'extrême, les comportements d'autonomisation peuvent transformer quelqu'un en une personne si indépendante qu'elle en est "sauvage".

Quoi qu'il en soit, pas de vie adulte sans interdépendance, sans accepter de dépendre des autres et qu'ils dépendent de nous.
L'enjeu sera d'apprendre la juste mesure de l'interdépendance et de la réciprocité dans l'humilité et la générosité.

La crise de non

Tout comme les petits enfants veulent se détacher de leur mère et font leur "crise de non", certains cultivent inconsciemment cette capacité à faire le contraire de ce qu'on attendrait d'eux.
Proposez-leur quelque chose, émettez un souhait, et vous êtes sûrs qu'ils feront le contraire, quitte à se contredire immédiatement après et à faire ce que vous proposiez... avec quelqu'un d'autre !
En fait, pour certains, si l'initiative et la proposition ne vient pas d'eux, le fait que vous ayez des projets ou des envies pour deux vient blesser la souveraineté de leur liberté.

Quoi qu'il en soit, pas de vie adulte sans accepter que la vie se construit en emmêlant nos libertés, que les autres ont le droit d'intervenir dans ma vie et que ma liberté n'est pas plus souveraine que la leur.
L'enjeu sera d'apprendre à construire des projets communs, tout en étant à l'écoute des désirs de chacun, et de laisser l'autre intervenir dans ma vie et me surprendre.

Se décentrer de soi

Quand on en est aux prémices de la construction de son existence, ça bouge tellement dans tous les sens qu'on concentre toutes ses énergies sur sa petite personne. Et il le faut !
Mais l'excès de cette posture se caractérise par l'impossibilité à se mettre à la place des autres, de comprendre ce qu'ils ressentent, ce dont ils ont besoin et éventuellement d'anticiper tout cela.
Ceux qui cultivent ça à l'âge adulte passent souvent pour des personnes égoïstes ou égocentriques, incapables de comprendre les autres. Mais c'est surtout qu'ils sont encombrés d'eux-mêmes.

Quoi qu'il en soit, pas de vie adulte sans s'ouvrir à la différence et au monde de l'autre, à le comprendre et à l'aimer. Et bien évidemment à s'ouvrir à l'autre pour qu'il puisse faire de même.
L'enjeu sera de trouver le juste équilibre entre l'énergie à accorder à soi et aux autres. Car ne pas prendre soin de soi et des autres mène à la sécheresse de cœur.

Les comportements fuyants ou d'évitement

AdulescentDevenir soi, c'est aussi faire l'apprentissage de ses fragilités et de ses faiblesses.
Il y a un vrai parcours d'humilité dans le processus de maturation de l'homme.
Mais c'est quelque chose de difficile à accepter.

Par rapport à soi tout d'abord, car cela blesse l'idéal que nous nous faisons de nous-mêmes.
Par rapport aux autres aussi, car il faut beaucoup de confiance et de courage pour s'exposer dans sa vulnérabilité au regard de l'autre.
Mais toute relation vraie est à ce prix, qu'elle soit familiale, amicale, amoureuse, professionnelle...

Alors ces comportements, qui ne respectent ni soi, ni l'autre, peuvent être de tous ordres :

  • Mensonge
  • Se mettre soi-même en position de ne pas réussir pour ne pas affronter l'éventualité d'un échec
  • Faire exprès de ne pas répondre à une question ou de répondre à côté
  • Être évasif ou ambigüe
  • "Diviser pour mieux régner"
  • Ne pas savoir dire non...
  • Etc...

Quoi qu'il en soit, pas de vie adulte sans vérité dans sa vie, vérité pour soi et vérité pour les autres. Car la vérité rend libre et l'évitement emprisonne.
L'enjeu sera d'apprendre à ne pas se fuir, à ne pas fuir les autres et à trouver le juste équilibre de la vérité et de la pudeur, car rappelons-le, la vérité n'est pas la transparence.

Et pour vous ?

Cette petite liste n'est pas exhaustive, loin de là !
Il y a encore certainement beaucoup de postures-vestiges que nous trimbalons avec nous et qui nous pourrissent la vie !
A vous la parole ! Lâchez vos coms', comme disent les ados sur leurs blogs ! :Plop

Saisir un commentaire (2)

Cybertom Cybertom ·  18 novembre 2010, 07:23
Peut-on vraiment séparer les âges ?

Une personne est un tout : Parent + Adulte + Enfant

L'adolescence est une transition, une étape indispensable de notre développement.
Un peu de lecture que je vous conseille : l'analyse transactionnelle (nom barbare mais concept passionnant pour comprendre les relations interpersonnelles)

Amicalement,
Thomas :jap:
Kompozitor Kompozitor ·  18 novembre 2010, 09:33

@Cybertom : Bonjour Thomas et merci pour votre commentaire !
Fisrt things first, je connais bien l'analyse transactionnelle, et vous avez bien raison, l'être humain est un tout !
Mais l'être humain privilégie certains comportements en fonction des étapes de son développement psycho-affectif...
Ce qui signifie que certains comportements, utiles pour certaines étapes, sont toxiques pour d'autres.

Il ne s'agit pas ici de "séparer les âges", et si les termes "adolescent" et "adulte" sont utilisés,
Ils ne le sont que d'une perspective d'étape de développement psycho-affectif, et non de fragmentation des âges de la vie !

Heureusement que l'enfant qui est en nous continue de vivre, c'est même une bonne nouvelle !
Désolé si je me suis mal exprimé de ce point de vue-là... Mais relisez attentivement l'article au cas-où...

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Les dix-huit règles de vie du Dalai-Lama

Pour les vœux de cette nouvelle année 2014, je reprendrai simplement ces paroles de sagesse du Dalai-Lama, qui me semblent être un bon programme de vie ! Bonne année !...

Lire la suite

Question de Fécondité

Il y a une semaine, j'étais au Nouveau Siècle à Lille avec une ami Vietnamien pour assister à un concert de l'Orchestre National de Lille. Au programme : Edouard Lalo, Camille Saint-Saëns et Nikolaï...

Lire la suite