Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La Sagesse des Pavés Flamands

Je devais me rendre ce dimanche à Saint-Omer pour une répétition d'orchestre.
Et là, mon GPS me fait passer par Cassel, petite ville des Flandres Françaises...
Une caractéristique notoire de cette ville me conduisit à la réflexion suivante...

PavésCette caractéristique est que la plupart de ses rues sont pavées...
Évidemment, en voiture, ça n'est absolument pas confortable !
Pour tout dire, au bout de 30 secondes, j'étais très agacé et énervé par ces tremblements et ces secousses.

Puis j'ai ralenti.
Et je me suis dit qu'à l'époque des calèches et des chevaux, avoir une route pavées, c'était certainement un immense confort, comparé à la boue.
Je me suis dit ensuite que, certainement à l'époque, l'inconfort était moindre, car les calèches allaient assurément moins vite que ma Modus...
Au final, ma tremblotte flamande était liée à ma vitesse, tout autant qu'à la route.

Il y a des routes de la vie, comme celle du Mont Cassel, qu'il faut prendre le temps de parcourir, à la juste vitesse.
Car si va trop vite, ça vous secoue dans tous les sens, ça vous énerve, ça vous agace.
J'ai compris cela grâce aux pavés des Flandres.

Peut-être est-ce pour cela que ma génération, et plus encore les plus jeunes, sont allergiques à la granularité de la vie, comme je l'ai été à celle de cette route pavée : à cause de la vitesse !
Tout doit aller plus vite, et donc tout doit être plus lisse, goudronné comme nos routes, et les chemins balisés !
Mais qu’adviendra-t-il de nos enfants, quand, épris d'une vitesse encore plus grande, les aspérités de nous routes d'aujourd'hui, artificiellement gommées, leur sembleront insupportables ?

Parfois, quand je vois ceux de ma génération (et je m'inclus dedans) et des plus jeunes que moi, adultes dans leurs corps mais encore des adolescents dans leurs tête, je ne peux que m’interroger, mi-amusé, mi-inquiet :

  • Difficulté à prendre du temps gratuitement "pour rien"
  • Course à l'ultra-réussite et à l'ultra-rémunération
  • Difficulté à se confronter aux autres dans la vraie vie (se réfugier derrière Facebook ou un écran de PC, c'est tellement plus simple et moins engageant)
  • Difficulté à s'investir dans les relations et à tisser des liens de fidélité de confiance et de bienveillance, même si c'est complexe et que ça demande de l'énergie et du temps
  • Peur de la solitude (qui est différente de l'isolement, qui lui, est à fuir), au point de se scotcher au premier ou à la première venue, tant qu'on est pas seul... ouf !
  • Peur de vieillir, comme si c'était une tare ; déni de notre finitude et de la mort, comme si cela ne faisait pas partie de la vie...
  • Peur d'être généreux, car la société nous abreuve de l'illusion qu'on devient un homme en se centrant sur soi, alors que c'est tout le contraire...

Bref, ces aspérités-là, cette rugosité de la vie, elles nous rattrapent tous un jour, quelle que soit sa vitesse où la route qu'on empreinte...
Mais avouons que, quand on survole moins sa vie à fond la caisse, on peut un peut mieux s'y préparer.

Finalement, ils sont pleins de sagesses, ces Flamands, d'avoir gardé leur pavés...
Leur route est peut-être plus rugueuse, mais qui sait, prendre le temps de vivre les conduira certainement loin !

Saisir un commentaire (4)

Julien Appert Julien Appert ·  28 septembre 2010, 22:17

Bon article, plein de sagesse ! Ça me fait penser à ce reportage du journal télévisé de ce soir, où un village a décidé de faire appel à des chevaux pour tous les déplacements communaux (ordures, ramassage scolaire...). Ça change bcp de choses, en mieux !

(Tu n'as pas vraiment arrêté le blog finalement)

Kompozitor Kompozitor ·  28 septembre 2010, 22:29

@Julien Appert : Merci, merci !
Ça n’empêche pas que les pavés en voiture, c'est quand même la plaie ! :whistle:

(Finalement, non, j'ai trop besoin d'écrire... Mais la pause m'a permis de me recentrer sur la ligne éditoriale originelle)

Lolo Lolo ·  28 septembre 2010, 22:44

Oué et les pavés en vélo c'est pire ... Ça fait mal aux fesses ... Mais plus tu les prends vite, mieux ça va ! lol ... Le temps c'est de l'argent ;-) lol

Kompozitor Kompozitor ·  28 septembre 2010, 22:48

@Lolo : Je te rejoins sur le fait que le temps, c'est une vraie richesse ! :jap:
Sinon, je t'avais dit de laisser ta selle sur le vélo... C'est pour ça que ça fait mal !

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

L'humilité de Dieu - Sự khiêm nhường của Thiên Chúa

Hier soir, je regardais la crèche et je me demandais : qui est ce Dieu qui, pour aimer, accepte de dépendre de l'homme ?...

Lire la suite

L’Évangile de l'abandon

Ce matin, j'ai relu l'intégralité de l’Évangile de Saint Marc pour mieux re-situer la Passion, au début de cette Semaine Sainte. Voici mes quelques réflexions....

Lire la suite