Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'auberge espagnole

SemeurVous connaissez le principe de l'auberge espagnole :
On y trouve ce qu'on y apporte et le partage se vit avec les autres à la mesure de ce qu'on veut bien donner et recevoir.

Au fil de l'année écoulée, je me suis souvent dit que la vie est ainsi, une grande auberge espagnole.
Cela pourrait se décliner suivant trois grands principes que je vous laisse découvrir maintenant...

La vie nous rend à la mesure de notre générosité envers elle

Souvent, nous râlons, insatisfait de notre situation personnelle, professionnelle, amoureuse. Mais que faisons-nous pour que cela change ?
N'aurions nous pas développé en occident un côté "enfant gâté" où tout devrait nous arriver sur un plateau, comme si ça nous était dû ?

  • Savez-vous ce que vous voulez-vivre ? Si vous ne le savez pas, impossible de faire des choix éclairés
  • Si non, prenez-vous les moyens de le découvrir ? Ne pas savoir n'est pas grave, mais ne pas chercher, c'est se condamner à la médiocrité
  • Exprimez-vous ce que vous souhaitez ? Si vous ne le faites pas, les autres n'ont pas de boule de cristal pour le deviner
  • Êtes-vous ouvert à la nouveauté et au changement ? Parfois, on se fait des prisons dorées, sans s'en rendre compte
  • Êtes-vous curieux ? Provoquez-vous cette nouveauté ? Si vous vous laissez aller à une routine qui vous lasse, vous êtes le seul responsable
  • Êtes-vous satisfait de votre situation actuelle ? Parfois, on ne se pose même pas la question
  • Si non, prenez-vous les moyens des faire évoluer cette situation ? Parfois, on se contente d'une situation en demi-teinte parce qu'elle apporte un confort relatif
  • Prenez-vous les moyens d'adopter un regard neuf face aux situations insatisfaisantes ? Le changement commence par mettre de la distance et habiter les choses différemment
  • Prenez-vous du temps pour vous ressourcer ? Arrêter de courir et prendre du temps pour soi, c'est se donner les moyens d'être disponible aux autres et à la vie
  • Prenez-vous le temps de vivre vos passions ? Ces lieux qui amènent plus de vie dans la vie, pour soi et pour les autres
  • Prenez-vous les moyens d'aller bien physiquement ? Prendre soin de son corps, ce n'est pas du narcissisme, c'est la base d'une bonne hygiène de vie
  • Prenez-vous les moyens d'aller bien psychologiquement ?* Reconnaitre que parfois, on a besoin d'aide sur ce terrain, et accepter de l'aide, c'est de l'humilité, pas une humiliation
  • Prenez-vous les moyens d'aller bien relationnellement ? Les amitiés, c'est comme un jardin, ça se cultive, c'est le lieu de la gratuité et de l'être ensemble pour la joie d'être ensemble
  • Prenez-vous les moyens d'aller bien spirituellement ? L'homme ne peut pas se contenter de vivre à la surface de lui-même
  • Savez-vous être généreux, accueillant, attentif aux autres, serviable ? L'ouverture de cœur est la première nourriture d'une vie féconde
  • Savez-vous cultiver la joie ? Si, si ça se travaille, c'est comme le sport ou le piano, un peu tous les jours
  • Relisez-vous votre vie ? Car parfois, on la survole, et il n'y a qu'en prenant le temps de s'assoir et de faire mémoire que les choses prennent un sens

Je pourrais lister encore tout un tas d'autres questions qui sont autant interpellations que je vous expose ici, mais que je suis le premier à m'appliquer.

Si vous êtes généreux et impliqué dans votre vie, la vie sera généreuse et impliquée dans votre existence.
Choisissez une vie frileuse, rangée, repliée sur elle-même, et alors la vie vous dessèchera encore plus et vous aigrira.

On a de problèmes avec les autres que ceux qu'on se crée soi-même

C'est une chose que j'ai constatée à plusieurs reprises pour moi-même et un certain nombre d'amis.
Souvent les problèmes qu'on a avec les autres proviennent du fait qu'on préfère se faire un film que de parler.
On enferme l'autre dans un rôle, on devient incapable de renouveler son regard, de se laisser surprendre.
On glisse progressivement vers l'interprétation constante (interprétation qui alimente notre malaise évidemment) et/ou le procès d'intention.

Il est primordial dans les relations humaines de toujours avoir un regard neuf, de cultiver l'émerveillement, la bienveillance.
Autrement, les comportements des autres nous sembleront parfois hostiles, agressifs ou non-respectueux et nous en seront les seuls responsables
Car c'est notre lecture des événement, notre interprétation et le choix de ne pas se confronter et discuter qui auront raison de nous.

Parfois, ce sont aussi nos propres attitudes qui nous mettent dans des situations délicates :

  • Quelqu'un qui ne dit jamais non ou qui est trop généreux risque d'être sursollicité, car dans l'esprit des autres, il est toujours disponible et ça ne le dérange pas.
  • Quelqu'un de froid et peu accueillant risque de faire le vide autour de lui et les gens auront peur de le déranger.
  • Quelqu'un qui ne montre jamais ses fragilités risque d'habituer son entourage à ne jamais prendre de ses nouvelles car aux yeux des autres, tout va toujours bien pour lui.
  • Quelqu’un d'excessif risque de faire saturer ceux qui n'ont pas le même rythme que lui, et fera les fera fuir.
  • Quelqu'un invoquant toujours un agenda trop rempli et impossible à voir verra les sollicitations diminuer avec le temps et il perdra contact avec beaucoup de monde.
  • Quelqu'un qui ne sait pas se taire, ou ne respecte pas les opinions des autre ne suscitera ni la confiance, ni la confidence.

Donc si vous avez un problème avec quelqu'un :

  • Commencez par faire le ménage devant votre porte, comme on dit, et demandez vous si ce n'est pas votre propre attitude qui a provoqué la situation où vous êtes.
  • Dialoguez, la parole sauve !
  • Accepter de ne pas enfermer l'autre dans ce que vous savez de lui, laissez-vous surprendre, renouvelez votre regard !
  • Si effectivement l'autre est responsable en partie de ce qui vous dérange, regardez aussi ce que vous appréciez chez lui : il n'est pas réductible à ce que vous n'aimez pas chez lui !
  • Soyez bienveillant comme vous aimeriez qu'on soit bienveillant avec vous !

On récolte ce qu'on s'aime

C'est le troisième principe et conclusion de cette réflexion, et la faute de français est voulue !
Comme dans une auberge espagnole, on reçoit de la vie uniquement ce qu'on y apporte, on ne récolte que les fruits des semences qu'on a jetées en terre.

Alors soyons de bons semeurs, de générosité, de bienveillance, de joie, de paix, de confiance. Et la moisson sera abondante !

Saisir un commentaire (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Les dix-huit règles de vie du Dalai-Lama

Pour les vœux de cette nouvelle année 2014, je reprendrai simplement ces paroles de sagesse du Dalai-Lama, qui me semblent être un bon programme de vie ! Bonne année !...

Lire la suite

Question de Fécondité

Il y a une semaine, j'étais au Nouveau Siècle à Lille avec une ami Vietnamien pour assister à un concert de l'Orchestre National de Lille. Au programme : Edouard Lalo, Camille Saint-Saëns et Nikolaï...

Lire la suite