Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Hyper-connectés !

Ça y est, 2010 vient de pointer son nez ! Le champagne coule à flots, les vœux de bonheur et de santé retentissent !
J'avoue que "préméditer" mes articles a été plus dur ces derniers temps, un peu encéphalogramme plat, le vieux Greg !
Dieu merci, j'ai toujours eu un bon premier jet ! Voici donc mes réflexions de la nuit !

Je voudrais commencer avec ce trait d'humeur issu de la Bande Pas Dessinée qui a inspiré le titre de ce billet ![1]
Notre société est ainsi faite : des réseaux sociaux, des moyens de communications de plus en plus efficaces voire instantanés, et pourtant, des gens de plus en plus seuls !

C'est un paradoxe apparent, mais quand on creuse un peu, c'est tout de même évident !
C'est facile de s'abriter derrière un écran d'ordinateur ou un clavier de téléphone, d'envoyer un mail, un sms, un chat, sans véritablement se confronter aux personnes réelles.

Petit PrinceTout simplement parce que la confrontation fait peur :
C'est difficile de dire à quelqu'un les yeux dans les yeux qu'il est précieux, ou bien qu'on a des choses à lui reprocher.
C'est engageant aussi : dire son affection, son amitié, sa colère ou sa contrariété face à face, cela oblige à assumer ses propres sentiments,
A les inscrire dans l'espace et le temps, à dire "Je", mais aussi à s'exposer à la réaction de celui qui est mon vis-à-vis.

Et je crois que c'est ce qui attire nos générations, dans cette facilité de la communication moderne : encombrées de leur affectivité, malhabiles quand il s'agit de se rendre accessibles et vulnérables aux autres, c'est un confort tranquille, qui désengage de l'autre, qui donne l'illusion du lien.
Vivre sa vie relationnelle et poser des paroles fortes de derrière un écran permet de se débarrasser de ce qu'on ressent, et qui peut parfois nous gêner, parce que nous ne savons pas toujours quoi en faire, que cela nous fait peur ou nous fait souffrir !
Et peut importe finalement comment l'autre va le recevoir, ce que cela va provoquer en lui, colère, joie, tristesse, gratitude. Que ce soit en positif ou en négatif, nous nous privons des fruits de notre vie relationnelle en la vivant par procuration électronique !

On n'est pas bien loin de ce que disait Antoine de Saint-Exupéry :

C'est alors qu'apparut le Renard.
- Bonjour, dit le Renard. ..
- Bonjour, répondit poliment le Petit Prince, qui se retourna mais ne vit rien.
- Je suis là, dit la voix, sous le pommier.
-Qui es-tu ? dit le Petit Prince. Tu es bien joli..
- Je suis un renard, dit le Renard.
- Viens jouer avec moi, lui proposa le Petit Prince. Je suis tellement triste...
- Je ne puis pas jouer avec toi, dit le Renard. Je ne suis pas apprivoisé.
- Ah ! pardon, dit le Petit Prince.
Mais, après réflexion, il ajouta :
- Qu'est ce que signifie « apprivoiser » ?
(...)
- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens... »
- Créer des liens ?
- Bien sûr, dit le Renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons.
Et je n' ai pas besoin de toi. Et tu n'a pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards.
Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...
(...)
- On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le Renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître.
Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.
(...)
- Adieu, dit le Renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.
- L'essentiel est invisible pour les yeux, répéta le Petit Prince, afin de se souvenir.
- C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
- C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose... dit le Petit Prince, afin de se souvenir.
- Les hommes ont oublié, cette vérité, dit le Renard. Mais tu ne dois pas l'oublier.
Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose...
- Je suis responsable de ma rose... répéta le Petit Prince, afin de se souvenir.

Je termine cette année, 34 ans, en ayant un peu l'impression d'avoir épuisé l'énergie de toute une vie !
Ainsi va l'homme moderne, il épuise ses propres ressources comme il épuise celles de sa planète !
Sans laisser le temps à la nature de se ressourcer, sans donner le temps à sa nature profonde de se ressourcer !

Nous nous réfugions parfois dans l'orgueil de nous rendre inaccessible et intouchables, par peur de souffrir !
Nous nous refusons parfois à habiter le silence et la solitude par peur de nous-mêmes.
De moins en moins "apprivoisés", mais de plus en plus sauvages hyper-connectés !

Mais tout lien, toute humanité qui grandit, passent par la solitude,la souffrance douce-amère de l'interdépendance et la fidélité de l'apprivoisement.
L'amitié et la confiance ne se prêtent pas, elles se donnent. Et nous sommes appelés à aimer nos amis avec leurs qualités et leurs défauts.
Je vous souhaite une belle année 2010, moins branchée, mais plus humaine !

Notes

[1] Excellent site : concept original, humour noir et caustique ! J'adore !

Saisir un commentaire (2)

Raph et Nico Raph et Nico ·  01 janvier 2010, 17:58

Merci Greg pour ce joli billet !
J'aime bien aussi les flocons qui tombent par dessus !
Nous nous associons à toi pour une année 2010 humaine et relationnelle :Plop !
Quand tu veux pour un bout de contact réel ; tu connais notre adresse !
Bibises et porte toi bien,
Les Mellot

Nico Nico ·  05 janvier 2010, 16:17

Je valide. Merci de ta façon de nous écrire la vie, les choses, le monde. C'est intriguant, enrichissant. Bonne année à toi. Nico.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Réduction d’œuvres et croyances limitantes

En apnée derrière mon piano, rouge et dégoulinant de sueur à cause du stress, voilà dans quel état j'étais ce matin, en classe de réduction d'orchestre, essayant tant bien que mal de jouer avec mes...

Lire la suite

Perplexe !

Cela fait un peu plus d'un an que je n'écris plus beaucoup sur le blog. Mais depuis quelques jours, l'envie me démange de me remettre à écrire... Petit parcours intérieur d'un ours qui sort de sa...

Lire la suite