Jamie CullumLe Point Ephémère, c'est avant tout un petit bar sur le quai de Valmy.
Ça ne paie pas de mine de l'extérieur.
Le genre d'endroit où l'on ne va que si on connait.

Juste avant le concert, je vais m'acheter une bière et un snack au comptoir. Des étudiants font le service.
"C'est qui ce soir ?" "Jamie Couloum"
Ça me fait sourire.

C'est mon 6ème concert !
Et toujours cette même jubilation paisible et intérieure !
De la musique, libre, pétillante, insouciante allait nous prendre au tripes et nous ramener à l'essentiel !

Je passe aux toilettes avant le concert (hé oui, ça arrive !). Et comme les stars ont des besoins naturels, eux-aussi, grosse surprise :
Au moment où je sors pour aller me laver les mains, l'ami Jamie me passe sous le nez. Tellement surpris, je n'ai le temps de rien dire qu'il est déjà parti !
Damn it, j'ai encore loupé ma photo avec lui !

Je fais la queue, je suis plutôt bien placé. Ici et là, je reconnais des visages, certainement croisés lors des précédents concerts !
La salle est derrière le bar, petite, enfumée ! Ambiance "club de jazz underground", sweaty and dirty.
Je suis à moins d'un mètre de la scène, je peux voir les détails des instruments. Je suis débout, mais ce n'est pas grave, on va danser !

Il se fait attendre, on sent l'excitation monter dans la salle...
Puis il arrive, et le contact avec nous est immédiat !
Il est tout de suite très à l'aise dans cette petite salle, on sent qu'il est dans son univers.

Jamie Cullum Il nous parlera beaucoup ce soir-là, plaisantera avec nous.
Musicalement, il interprétera des chansons du nouvel album (plus Pop, apparemment), mais aussi des anciennes.
Humainement, il mettra beaucoup ses musiciens en avant.

Une fois de plus, la joie était au rendez-vous !
Son énergie et sa joie de vivre communicative nous ont transportés pendant 1h30.
A la fin, on en redemande, tellement c'est bon !

Mais il a bien fallut rentrer. C'était un peu fou, cet aller-retour à Paris sur une soirée (un jour de grève de la SNCF !).
Mais "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais" (Oscar Wilde).
En tout cas, je ne regrette pas celle-là !