Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Que votre oui soit un oui !

Je ne connais pas beaucoup de choses qui puisse tuer une relation, qu'elle soit institutionnelle, professionnelle, amicale ou amoureuse.
Le manque de vérité en fait certainement partie...

Être soi-même, tout simplement

Ne pas savoir, ne pas être sûr de soi, c'est humain, cela arrive à tout le monde. Cela n'a pas beaucoup d'impact au quotidien en général.
Cela devient un peu plus ennuyeux quand cette indétermination n'est pas formulée ou qu'elle est dissimulée. Par soucis de ne pas décevoir, par peur de blesser, par peur du regard de l'autre, on se laisse porter au gré du vent, de l'opinion et des choix de l'autre.
On se laisse embarquer malgré soi dans une voie amicale, amoureuse, une posture professionnelle avec laquelle on n'est pas forcément en phase, un accord timoré sur une manière d'être ou de vivre la relation, presque à reculons.

Le danger de ce manque de consistance, c'est que le mensonge n'est jamais très loin. La frontière est facile à franchir : la non formulation de ces incertitudes fait que l'autre pourrait nous croire dans un état d'esprit et des dispositions dans lesquelles nous ne sommes pas. Difficile de cheminer ensemble quand on ne sait pas exactement où est l'autre !

Et le jour où l'autre se rend compte que le collègue, l'ami, l'être aimé n'est pas celui qu'il a laissé paraître, cela peut être source d'une déception dévastatrice, d'un sentiment d'injustice, de colère, d'abandon : celui ou celle qu'on croyait à ses côtés n'est finalement pas là. Ce n'est plus qu'un fantôme dont la réalité se dissout, telle une fumée qui disparait dans le vent.

Plaidoyer pour les menteurs

Avoir des difficultés à être vrai et parfois se laisser embarquer dans un manque de vérité qui devient un mensonge à la longue, ça arrive à tout le monde ! Et loin de moi l'idée de jeter la pierre à qui que ce soit !
Souvent, la difficulté à formuler la vérité devant l'autre est causée par la peur. Que ce soit par peur de perdre l'amitié ou l'estime de quelqu'un, ou pour quelque autre raison que ce soit, ceux qui se laissent embarquer dans la non vérité ou le mensonge sont en position de faiblesse ou de fragilité et ils se protègent.
Ayons donc le regard assez fin et le cœur assez grand pour discerner cela chez ceux qui ont pu nous blesser par manque de vérité et être bienveillant à leur égard !

Vérité et transparence

A notre époque, où pour beaucoup, il est plus important d'être sincère que d'être fidèle, il y a cependant un autre piège dans lequel il ne faudrait pas tomber : confondre vérité et transparence.
En effet, sous prétexte, d'être sincère et vrai, on va tout dire à l'autre, parfois presque impudiquement.

Cette incontinence verbale est dangereuse car elle ne prend pas en compte l'autre. C'est une démarche centrée sur soi, pour soulager sa conscience ou se sentir bien, sans prendre en compte ce que l'autre est capable d'entendre et d'accueillir.

La vérité n'est donc pas la transparence : il y a bien d'autres moyens d'être vrai avec ceux qui nous entourent que de tout dire ou tout formuler, en vomissant constamment sur les autres nos états d'âmes. Parfois, un geste, un regard, une parole symbolique mais non explicite permettra à l'autre de comprendre et de s'approprier la posture et l'état intérieur dans lequel nous sommes.

En guise de conclusion : éloge de la simplicité

Il ne faut pas non plus se compliquer la vie à outrance. Toute relation vraie va toujours vers plus de simplicité. Et cette simplicité passe par cet apprentissage constant d'une manière d'être qui ne laisse pas subsister d'ambiguïté dans nos relations.

"Dieu vomit les tièdes", dit la bible (Ap 3, 16). Être chaque jour plus en vérité avec soi-même et avec les autres, c'est choisir la juste distance dans le temps et l'espace et le langage que l'autre est capable d'entendre.
Car la vérité dans les relations n'est pas quelque chose qui s'imposerait de manière unilatérale : c'est une quête à accomplir ensemble dans une juste réciprocité. Il faut beaucoup de confiance et d'humilité pour oser s'exposer aux regards des autres, sans fausse pudeur et tout autant pour accueillir l'autre tel qu'il est avec bienveillance et tendresse !

Mais c'est cela aussi devenir ce que l'on est : "la vérité vous rendra libre" (Jn 8, 32).
En route !

Saisir un commentaire (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Les dix-huit règles de vie du Dalai-Lama

Pour les vœux de cette nouvelle année 2014, je reprendrai simplement ces paroles de sagesse du Dalai-Lama, qui me semblent être un bon programme de vie ! Bonne année !...

Lire la suite

Question de Fécondité

Il y a une semaine, j'étais au Nouveau Siècle à Lille avec une ami Vietnamien pour assister à un concert de l'Orchestre National de Lille. Au programme : Edouard Lalo, Camille Saint-Saëns et Nikolaï...

Lire la suite