Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Musique haut-le-cœur - Musique au cœur !

Cet après-midi, un ami m'avait invité à un concert de musique classique à Tourcoing... pendant lequel je me suis assoupi quelques minutes... Ce concert était dirigé par le grand Jean-Claude Malgloire. Étaient donnés : le concerto pour violon de Beethoven, Ah Perfido, du même Beethoven et la 4ème symphonie de Brahms.

Comment masquer qu'on a tapé à côté et pas joué la bonne note en mettant un max de vibrato !

C'est comme cela qu'on aurait pu sous-titrer l'interprétation du violoniste soliste sur le concerto ! J'ai aussi hésité avec "Boucle d'or s'essaye à la violonette et Bibi dort"... Car c'est pendant le deuxième mouvement du concerto que je me suis rendu compte que j'avais eu quelques minutes d'absence. (Facile : vous vous endormez, l'orchestre dans une tonalité, vous reprenez conscience, l'orchestre n'est plus du tout dans la même tonalité : le raccord est brutal !)

Les prises de parole de l'orchestre étaient pas mal... Par contre, le jeu du soliste, comme je l'évoquais, manquait un peu de... précision (alors que c'est quelqu'un de très connu...). Un copain violoncelliste m'avait fait remarquer ça : quand on met beaucoup de vibrato sur un instrument à cordes, deux possibilités : soit c'est stylistique, soit c'est qu'on essaie de masquer qu'on est pas précis...

A la décharge du soliste, l'orchestre a pas mal bougé et il devait corriger tout le temps... Mais un peu moins de coups de tête expressifs et capillaires, moins de tournes théâtrales et un peu plus de musique auraient été de bon goût... Je suis rarement élitiste, mais là, c'était vraiment pas bon !

La voix d'un ange !

Le "Ah Perfido" était sublime... Quand la soprano a commencé a chanter, j'ai relevé la tête pour voir : une part inconsciente de moi-même, et un peu stupide en même temps, venait de se poser la question : "elle a un micro ?" (je vous l'ai dit : stupide) Sa voix emplissait la salle, couvrait l'orchestre, et quelle interprétation !

Alors vous me direz : oui, mais l'acoustique était gratifiante ! Certes, mais tout musicien vous dira que quelle que soit l'acoustique, ingrate ou gratifiante, il faut ensuite l'habiter, et ça, seul le talent sait le faire ! (C'est même parfois plus simple de chanter dans une acoustique ingrate, surtout quand on est pas bon : ça s'entend moins et on a une excuse toute faite...) Bref, cette pièce très courte m'aura fait oublier la demi-heure de souffrances précédente...

A-Brahms-cadabra

Je connais bien la 4ème de Brahms : je l'ai pas mal bossé pour l'orchestration cette année (puisque j'ai orchestré du Brahms au conservatoire) : splendide œuvre ! Ma prof me dit souvent : si tu veux faire une bonne orchestration, il faut que tu fermes les yeux et que tu voies l'orchestre bouger, les musiciens prendre leur respiration ou mettre en place leur archer...

Et là, franchement, j'ai compris ce qu'elle veut me dire : que c'est beau un orchestre qui joue ! Et plus qu'entendre la symphonie, je l'ai vue ! (promis, j'ai rien fumé...). Le flou Brahmsien, la présence du cor, ces mélodies envoûtantes dont il a le secret... Tout cela prend une autre dimension quand cela s'incarne sous vos yeux...

C'est tellement beau que je vous en mets un extrait dans le billet ! En tout cas, c'était magique ! Bon d'accord, le titre de l'article y va un peu fort, c'était un bon concert ! Mais je n'ai pas pu résister au jeu de mots... Incorrigible, je suis !

Saisir un commentaire (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop


À voir également

Jamie Cullum existe, je l'ai rencontré !

Bon, l'analogie avec le livre d'André Frossard[1] s'arrête là, c'est juste un clin d’œil ! Jamie terminait sa tournée mondiale pour l'album The Pursuit au Zenith, ce jeudi 16 décembre. J'étais donc à...

Lire la suite

The point of no-return

It's been a long time since I wanted to write a post in English, but I never got the opportunity to do it. And here it is ! Last Thursday, I was in Paris for Jamie Cullum's gig at the Olympia. Of...

Lire la suite