Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Plus envie d'être gentil...

Ma mère disait souvent : "entre bon et con, il n'y a qu'une lettre de différence ! " Ne lisez la suite que si vous vous sentez capable d'entendre quelqu'un râler et d'absorber une bonne dose d'amertume sans que ce soit nuisible pour votre santé (je suis sérieux !)...

Franchement, vous en avez jamais eu marre de toujours vous appliquer à être "le gentil", la personne qui prend toujours sur lui, qui accepte la frustration, les indélicatesses et les indifférences des autres de manière bienveillante, compréhensive et indulgente ?

Cette semaine a été riche d'enseignements et m'a permis de "faire le tri" dans les comportements que j'ai envie d'accepter et ceux que je n'accepte plus... Que ce soit dans ma propre manière d'être ou dans celle des autres...

A force de tout accepter sous couvert de bonne conscience ou de peur de blesser, on en vient à laisser les autres fouler sa vie au pied comme si on était qu'un vulgaire paillasson sur le seuil d'une maison : on devient un lieu de bref passage où les gens viennent s'essuyer toute la boue (pour ne pas dire la m.....) qu'ils traînent sous leurs godasses.

On se laisse devenir le défouloir de leurs frustrations ou de leur immaturité, l'objet dont on se sert quand on en a besoin et qu'on balance et oublie dans un coin de son répertoire quand on n'en a plus l'utilité ! (Le paradoxe est que d'une certaine manière, je me comporte exactement comme cela aussi en écrivant cet article. Mais je vous avais prévenu dès le début, en tête de l'article. Si vous lisez, vous prenez vos responsabilités.)

Il y a simplement des jours où ce que vous ne voulez absolument pas être vous saute au visage ; où les comportements et les personnes avec qui, sur le fond, vous n'avez pas envie de faire de compromis vous étouffent ; où vous prenez conscience que, quand vous ne vous sentez pas respecté parce que tel(le) collègue ou tel(le) ami(e) ou tel(le) inconnu(e) se comporte de la sorte et que vous vous écrasez, tout simplement, c'est parce que sur le fond, vous êtes un gentil, que vous aimez les gens (ou que vous essayez du mieux que vous pouvez...), et que vous avez le désir d'avoir une vie droite, juste, tendre, bienveillante...

Finalement, il y a une différence entre être gentil et adopter la méthode du "pas de couilles, pas d'embrouilles"... N'y voyez donc rien de personnel si en ce moment, je montre parfois les dents, c'est juste que franchement, il y en a qui "dépassent les bornes des limites"... Et surtout que, si j'ai envie d'être bon, je n'ai pas envie d'être pris pour un con, ni pour un paillasson...

Saisir un commentaire (1)

Alex Alex ·  24 mai 2008, 13:07

Jme reconnais bien là dedans...
Vivement que j'arrête d'être le bon con... lol


Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Réduction d’œuvres et croyances limitantes

En apnée derrière mon piano, rouge et dégoulinant de sueur à cause du stress, voilà dans quel état j'étais ce matin, en classe de réduction d'orchestre, essayant tant bien que mal de jouer avec mes...

Lire la suite

Perplexe !

Cela fait un peu plus d'un an que je n'écris plus beaucoup sur le blog. Mais depuis quelques jours, l'envie me démange de me remettre à écrire... Petit parcours intérieur d'un ours qui sort de sa...

Lire la suite