Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

C'est qui ton dieu ?

MarcheAujourd'hui, c'est mercredi des cendres, l'entrée en Carême. 40 jours pour s'habiller le cœur pour Pâques. Le Carême est aussi un temps de prière, de jeûne et de partage...

Pendant longtemps, j'ai été (et je le suis encore parfois), allergique aux pratiques "alimentaires" : jeûner tel jour, ne pas manger de viande le vendredi (i.e. manger du poisson)... Je ne reprendrai pas ici les arguments habituels des "jeûnophobes" : quand on n'a pas de problèmes avec la bouffe, à quoi bon ; à une époque où le poisson est plus cher que la viande, à quoi bon ?... Non, je retiendrai deux choses, toutes simples :

  • La Carême nous aide à répondre à cette double question : c'est qui ton dieu ? La bouffe, le fric, le sexe, les ordinateurs, la réussite professionnelle, la considération des autres, le pouvoir (politique, pastoral, curial, épiscopal, professionnel, psychologique...), l'engagement... Et qui sont tes frères, comment vis-tu avec eux ? Questions saines qui nous aident à remettre le Christ au centre de notre vie et à ouvrir notre cœur aux autres tout en ayant une haute exigence de qualité dans nos relations.
  • Toute réponse à cette question et ses conséquences pratiques (discipline personnelle, changement dans sa vie...) n'a de sens que si elle se vie en relation : en relation à Dieu dans la prière, en relation à ses frères dans le partage (et j'ai bien dit partage, pas aumône, ni charité, ce qui est complètement différent...). Toute "discipline personnelle" qui ne nous aide pas à mieux vivre en relation avec le Seigneur et avec ses frères n'est pas dans l'esprit du Carême et n'est certainement pas chrétien. (par exemple : si on jeûne et qu'on est irascible avec les autres, il vaut certainement mieux ne pas jeûner)

Une dernière perversité d'un certain héritage judéo-chrétien trop moralisant serait d'accueillir cette question comme une accusation culpabilisante, démoralisante, auto-dévalorisante, négative pour soi... Il ne faut surtout pas l'entendre ainsi, mais comme une invitation à s'assoir et à regarder sa vie sereinement. Car cela revient à se poser cette question pleine d'espérance : comment suis-je appelé à me laisser grandir aujourd'hui, à laisser germer et s'épanouir les possibles qui sont en moi ?...

Voilà, tout est dit. Soyez inventif ! Bonne route ! Bon Carême !

Caravane Desert Desert2 Marche Nomade

Saisir un commentaire (1)

Eiffel Eiffel ·  06 février 2008, 21:17

Merci pour ce petit rappel... une pause dans cette vie de fous pour un peu de sérénité... J'ai failli ne pas y penser. :oops:



Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Les dix-huit règles de vie du Dalai-Lama

Pour les vœux de cette nouvelle année 2014, je reprendrai simplement ces paroles de sagesse du Dalai-Lama, qui me semblent être un bon programme de vie ! Bonne année !...

Lire la suite

Ces choses qui nous rendent riches quand on les offre - Những thứ làm cho chúng ta giàu khi ta tặng chúng

Je vous conseille vivement le dernier spectacle de Muriel Robin, spectacle où elle évoque son chemin de vie. Le courage de cette femme et le travail sur soi qu'elle a effectué pour dépasser ses...

Lire la suite