Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Grain de blé qui tombe en terre, si tu ne meurs pas...

Il y a 6 ans, un ami très proche perdait la vie dans un trek au Pérou... C'est aujourd'hui son anniversaire, et je ne peux m'empêcher de penser à lui.

En vagabondant sur mon disque dur (!), je retrouve le texte que j'avais écrit pour la célébration... Je suis surpris par ces mots que je reçois comme si ce n'était pas moi qui les avais écrits... Ils ravivent mon espérance, et me réconfortent aussi...

Je vous les livre, tout simplement... (par pudeur et respect, j'ai remplacé le prénom de cet ami par "Notre Ami")... Nous tombons tous en terre, dès notre naissance...

Il y a d’abord le choc, l’hébétude, l’incompréhension. Puis les larmes, la colère, la révolte face à cette injustice. Puis la douleur, le manque, le vide. « J’ai été amputé d’une partie de moi-même », me disait l’une d’entre nous. Oui, nous avons le cœur amputé d’une partie de lui-même : aimer ne sera plus pareil, jamais. Le silence…

Il y a aussi ce quotidien qu’il faut continuer de vivre, car Notre Ami aurait voulu qu’il en soit ainsi. Ce quotidien qui est le même, mais plus angoissant, et définitivement différent tout en même temps :
* le vide à l'intérieur de soi en se levant, malgré la quantité de choses tout aussi énorme à faire en une seule journée ;
* la faim qui nous tiraille au ventre et pourtant, sans pouvoir avaler un seul morceau ;
* les passions qui nous habitent et nous enflamment habituellement qui là, ne font pas plus de lumière autour de nous qu’un vieux briquet en panne de gaz. En s’éteignant, c’est un peu de nous même que Notre Ami semble éteindre…
* Le souffle coupé, essoufflés pour un rien, comme si, même à des centaines de km, lui et nous partagions la même bulle d’air, cette même saveur des choses.

Et pourtant…

Et pourtant, cette difficulté à reprendre notre souffle devrait, facile à dire, nous interpeller : c’est bien d’une aspiration qu’il s’agit. Notre Ami aspire à son créateur, qu’il rejoint, et en partant, c’est un peu de notre souffle qui part avec lui. Aimer ne sera plus jamais pareil, oui, mais est-ce que cela sera plus difficile ? Plus douloureux certainement. Mais certaines douleurs ne sont-elles pas le signe d’une croissance ?

Le Christ nous confie les uns aux autres. Nous sommes chacun, les uns pour les autres des révélateurs de qui nous sommes et de qui est Dieu. Que nous révèle Notre Ami aujourd’hui ? De qui il est, de qui je suis, de qui est Dieu ?

Il est bien difficile de croire que « le grain de blé qui tombe en terre, s’il tombe en terre et qu’il meurt, porte du fruit en abondance »… Qu’est ce que cela veut dire ?

Que dans sa mort et sa résurrection en Jésus-Christ, Notre Ami pose le signe et l’acte le plus efficace de toute sa vie, le signe et l’acte le plus coûteux mais le plus grand de l’amitié qu’il nous porte, le signe et l’acte qui dans sa vie porte le plus de fruits. Son absence nous fait pleurer, et c’est normal. Lui-même doit être triste de notre douleur. Et pourtant, il ne peut être « meilleur » ami qu’aujourd’hui qu’il puise son amitié pour nous dans celle qu’il vit avec Dieu, en vis à vis, en cœur à cœur…

Voilà ce que cela veut dire… Difficile à croire, difficile à accueillir ; c’est pourtant l’espérance des Chrétiens. Le temps est notre ami, Dieu nous l’offre pour cheminer. Lui-même nous rejoint et marche avec nous sur ce chemin.

Saisir un commentaire (1)

Une fille Une fille ·  09 mars 2008, 16:55

Un commentaire d'encouragement ! C'est un très joli design :) continue ! Je le mets dans mes favoris ;) A+

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

L'humilité de Dieu - Sự khiêm nhường của Thiên Chúa

Hier soir, je regardais la crèche et je me demandais : qui est ce Dieu qui, pour aimer, accepte de dépendre de l'homme ?...

Lire la suite

L’Évangile de l'abandon

Ce matin, j'ai relu l'intégralité de l’Évangile de Saint Marc pour mieux re-situer la Passion, au début de cette Semaine Sainte. Voici mes quelques réflexions....

Lire la suite