Le Ch'ti Bonheur

« Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu. » (H.D.Thoreau)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Donne-moi un cœur qui écoute - De l'illusion à la prière

MéditationPour commencer notre voyage, il faut se donner quelques repères pour ne pas se fourvoyer et s'égarer. Le premier est la prière, me semble-t-il... Mais pas n'importe quelle prière... Certainement pas une prière qui nous éloigne de la vie, mais au contraire, une prière qui nous ancre plus profondément dans la réalité et dissipe les illusions...

Allergies spirituelles

Beaucoup de jeunes de ma génération, et des plus jeunes, ont développé quelques "allergies" en ce qui concerne certaines pratiques de la prière. Je voudrais m'attarder là-dessus, car ces rejets nous parlent, comme en négatif, du désir profond de l'Homme quand il prie. Je retiendrai trois "allergies" :

La prière infantile

  • Allergie tout d'abord à une forme cette forme de prière fétichiste, superstitieuse, qui demande à Dieu une intervention intrusive et paternaliste dans les événements (Seigneur, fait que tel événement arrive...).
  • Ce qui nous dérange, évidemment, dans cette forme de prière incantatoire, c'est qu'en demandant à Dieu un tour de magie gracieux, la liberté de l'Homme et de la Création est niée. Je ne pense pas qu'il soit sain (ni saint) que la relation entre l'Homme et Dieu se construise dans cette sorte de dépendance infantilisante.
  • Dieu créé l'Homme debout, capable, et même si nous avons effectivement besoin parfois de soutien et d'aide pour vivre, il ne nous veut pas démissionnaires de nos vies, il ne vient pas faire les choses à notre place ! Le soutien qu'il nous donne est d'un autre ordre.

Absent pour cause de sainteté

  • Allergie ensuite à une pratique de la prière qui serait un prétexte pour fuir le monde et la réalité, qui transporte ceux qui prient comme dans une bulle de réalité parallèle. Il est assez facile, face à la difficulté de la vie, de nier le réel en utilisant la prière et de cultiver ainsi une sorte de naïveté chrétienne. Si les autres ne sont pas comme nous, c'est qu'ils ne prient pas et que, par conséquent, n'ont pas été touchés par la grâce !
  • C'est dangereux car, à moins de vivre avec des co-bullaires, rencontrer la différence devient difficile (syndrome de la pensée unique...). Les réflexes de protection développés par les habitants de la bulle pour se protéger de la vraie vie sonnent alors comme de l'intolérance ou une diabolisation du monde aux oreilles de ceux qui ne sont pas "dans le trip".
  • C'est souvent la porte ouverte à un désengagement de la vie citoyenne, à faire des chrétiens absents du monde, absents pour cause de sainteté. Mais Dieu nous veut pleinement dans le monde, et nous appelle à aimer ce monde !

La foi chrétienne, programme de justice sociale

  • Si l'absence pour cause de sainteté est insupportable, l'excès opposé l'est tout autant. Placer toute sa démarche de chrétien dans une solidarité et un engagement social qui font abstraction de la Bonne Nouvelle et de la nécessité d'enraciner sa vie dans le Christ est tout autant absurde.
  • Évidemment, le Christ est venu pour que "les aveugles voient et que les boiteux marchent" (Mt 11, 5). Évidemment, il nous veut collaborateurs de cette mission de rédemption. Évidemment, la guérison des cœurs est indissociable de la guérison des corps (dans tous les sens du terme : physique, social, relationnel). Mais réduire l'Évangile à un programme de justice sociale me semble bien réducteur en regard de ce que le Christ nous promet !
  • Vouloir incarner, au sens fort du terme, la dimension sociale et solidaire de l'Évangile sans l'enraciner dans la prière est lettre morte. Chacun, chacune d'entre nous, a besoin d'être sauvé. Ne pas puiser nos solidarités et nos générosités à la source, ne serait-ce pas le risque de nous croire nous-mêmes les sauveurs du monde ?

Mais il faut être honnête et humble, ma pratique de la prière ne tombe-t-elle pas aussi parfois dans ces excès ? Les avoir repéré ne sert qu'à une chose : ne plus se laisser prendre au jeu aussi facilement...

Une relation renouvelée...

Dans les évangiles, le Christ nous invite à nous laisser convertir à une nouvelle manière de rentrer en relation avec lui et avec le Père.

"Quand vous priez, dites : Notre Père..." (Mt 6, 9-13)

  • Le Christ change notre relation à Dieu. Il nous livre sa propre prière, celle qu'il ne cesse de répéter, jour après jour, quand il s'isole pour prier. En l'appelant Père, il fait entrer l'Homme dans une proximité et une intimité propre à la filiation. C'est sa propre relation à Dieu qu'il nous offre.
  • Il s'agit bien de "Notre Père" et pas de "Mon Père". Il pose d'emblée une fraternité et une solidarité fondamentale entre tous le Hommes. Et c'est bien pour tous, et pas seulement pour moi, que je prie.

"Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis" (Jn 15, 15)

  • Le serviteur obéit et marchande. Il ne sait rien des désirs de son maître et est soumis à sa volonté. Les désirs et la liberté du serviteur n'ont aucune valeur, aucune existence, puisqu'il ne vit que pour réaliser le vouloir d'un autre, sans en comprendre le sens.
  • L'ami dialogue, interpelle, suggère, nous révèle parfois à nous-même. Même s'il est intime, l'ami ne fait pas à notre place. Il nous renvoie à notre propre solitude où le choix, la décision et l'action sont de notre ressort... Par contre, il nous aide à créer en nous cet espace de disponibilité nécessaire pour que la vie advienne... Car on le sait bien : certaines choses arrivent autant parce que nous agissons, que parce que nous sommes capables d'accueillir ce qui ne dépend pas de nous...

“Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde” (Mt.28, 20)

  • Le Christ n'est plus parmi nous comme au temps des apôtres. Pourtant, il n'est pas absent : il envoie son Esprit sur tout Homme pour que la Bonne Nouvelle continue de toucher au cœur ceux et celles de bonne volonté qui, à son appel, mettent leurs pas dans les siens et prennent sa suite. Il est important de prendre conscience que le Christ, par son Esprit, nous précède toujours, même dans les lieux où la foi, l'espérance et la charité semblent avoir été bannies. Il n'y a pas de vie abandonnée ! Où que nous allions, qui que nous rencontrions, l'Esprit du Christ est déjà là et appelle à la rencontre !
  • Ce monde est sauvé, infiniment aimé par Dieu et il est le premier lieu de notre sainteté. Le temps et l'espace ne sont pas une "salle d'attente" où nous pourrions espérer fébrilement une autre réalité, comme une délivrance. La vie éternelle commence dès aujourd'hui. Et ce monde, nous sommes appelés à l'aimer et à l'habiter du mieux que nous pouvons, en vivant joyeusement de l'Évangile.

"Donne moi un cœur qui écoute..." (1R 3, 9)

Cette prière de Salomon résume, il me semble, l'attitude première de toute prière chrétienne.

"C'est toi qui m'a créé, merveille que je suis" (Psaume 139)

  • L'histoire n'est pas écrite. Il n'y a pas de place pour la prédestination dans la foi chrétienne, car Dieu créé l'Homme libre et il respecte cette liberté. Mais, ne sait-il pas mieux que nous ce dont nous avons besoin ? Ne nous connait-il pas mieux que nous-mêmes ? Ne voit-il pas plus loin que nous ?
  • Dès lors, peut-être que la première attitude à adopter dans la prière, c'est de faire confiance et de se mettre à l'écoute. "Cherchez d'abord le Royaume, et tout vous sera donné par surcroît." (Mt 6, 33)

"Comme un ami parle à un ami"

  • Je crois que l'efficacité de la prière et l'action de Dieu résident bien là. Demander la grâce d'un cœur qui écoute l'Esprit comme on écouterait un ami proche et intime : il interpelle, suggère, nous révèle à nous-même... Demander un cœur qui écoute c'est demander cet espace intérieur pour accueillir ce dialogue, ce cœur à cœur... Et accueillir les appels de la vie...
  • Ensuite, il ne dépend plus que de nous de trouver les moyens humains d'incarner ce que nous sommes appelés à vivre. Mais là-aussi, comme un ami encourage et apporte son aide, l'Esprit encourage et donne la force intérieure d'avancer.

De l'illusion à la prière

La liberté de l'Homme se construit dans l'interdépendance. Passer de l'illusion à la prière, demander un cœur qui écoute, qui écoute la vie, qui écoute ses amis, qui écoute l'Esprit, voilà la première prière, fondamentale, qui permet toutes les autres... et qui permet de coller au réel et d'être l'acteur principal de sa vie... Le seul risque dans cette aventure : perdre cela de vue et et avoir l'orgueil de ne compter que sur soi...

Que telle soit la règle de toutes tes entreprises : aie foi en Dieu comme si le succès dépendait tout entier de toi, en rien de Dieu ; cependant, mets en œuvre tous les moyens comme si tu n'avais rien à faire, et Dieu, tout[1].

Notes

[1] (Hévénési)

Saisir un commentaire (3)

Eiffel Eiffel ·  02 décembre 2007, 21:32

C'est 'hachement bien cette citation... mais c qui (ou quoi), Hévénési ? :whistle:

Le chti pote inculte LOL

Kompozitor Kompozitor ·  02 décembre 2007, 22:52

@Eiffel : Hévénési était un des premiers compagnon de Saint Ignace de Loyola. :jap:
Si j'avais su que tu ne lirais que le dernier paragraphe, je n'aurais écrit que celui là... :whistle:

Eiffel Eiffel ·  02 décembre 2007, 23:19

Ben nan, j'ai tout lu !!!
Mais bon, Hévénési, il avait l'art de condenser en peu de mots ce que d'autres mettent 3 pages à écrire... :he:

Blague à part, j'ai trouvé cet article très pertinent, et j'en partage les idées.
Au fait, tu savais ce qu'il mettait dans tout ce qu'il bouffait, St Ignace de Loyola : l'aïoli.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

:-) :-( ;-) :-D :LOL :-| :aww: :-P :he: :-O :-S :oops: :zzz: :jap: 8-) :great: :$$: :whistle: :Chti :Flo :Alien :star: :Sunny :idea: :love: :arrow: :!: :Plop

aucune annexe



À voir également

Les dix-huit règles de vie du Dalai-Lama

Pour les vœux de cette nouvelle année 2014, je reprendrai simplement ces paroles de sagesse du Dalai-Lama, qui me semblent être un bon programme de vie ! Bonne année !...

Lire la suite

Question de Fécondité

Il y a une semaine, j'étais au Nouveau Siècle à Lille avec une ami Vietnamien pour assister à un concert de l'Orchestre National de Lille. Au programme : Edouard Lalo, Camille Saint-Saëns et Nikolaï...

Lire la suite